Février 2011 : Visite des maraîchages au Burkina Faso

Une visite des maraîchages au Burkina Fasso, par Takolt N’Akarass et Terres et Humanismes

Article mis en ligne le 28 janvier 2012
dernière modification le 29 janvier 2012

par Françoise de Billy, Kader Abdoulaye
logo imprimer

Visite des maraîchages fin Févier 2011 organisée par des associations partenaires de Terre et Humanisme au Burkina Faso

Lors de notre séjour au Burkina Faso, Kader et moi-même, tous deux présidents de l’association « Takolt Nakarass » respectivement au Niger et en France, avons souhaité rencontrer les associations partenaires de l’association « Terre et Humanisme » de ce pays.

Suite à cette demande, une réunion a été organisée avec : François Zaté
responsable d’A.V.A.P.A.S [1], Marie Gabeloux responsable à l’international de Terre et Humanisme et de Monsieur Saibou responsable de l’A.G.E.D. [2]

Les puits d’irrigation
... deux puits espacés de 50m environ permettent l’irrigation.

En réponse à notre attente, l’A.G.E.D nous propose de visiter deux villages dans la région de Ouahigouya, située au Nord du Burkina à quelques kilomètres de la frontière malienne.

Deux jours sont prévus pour la visite des jardins maraîchers. En compagnie de Saîbou et de…nous allons visiter l’après midi même de notre
arrivée les maraîchages de Baoudkouli. Sur le parcours avant d’arriver dans le village, nous croisons des orpailleurs qui recherchent le précieux minerai et admirons les baobabs et autres arbustes qui retiennent dans leurs branches le fourrage pour l’élevage. La pluviométrie est faible dans cette région du Yatenga et le sol de nature latéritique rouge et caillouteux semble peu propice à la culture. Kader et moi remarquons la similitude de la nature de ce sol aride avec celui du Nord Niger.

Le premier jardin maraîcher est situé dans le village de Baoudkouli (orthographe du nom de ce village à vérifier). 35 femmes environ cultivent la parcelle. Celle-ci est clôturée par un grillage métallique et deux puits espacés de 50m environ permettent l’irrigation.

Par mesure de sécurité, des margelles ont été construites autour des puits. A proximité du nouveau forage, un bac carré a été prévu pour retenir l’eau. L’apport de compost naturel dans ce sol aride le fertilise suffisamment pour pratiquer le maraîchage. Cette année, les femmes ont choisi la monoculture de l’oignon sans apport d’engrais, de pesticides et d’insecticides de nature chimique.

Kader remarque que les pieds d’oignon sont trop serrés et ressortent trop de terre. Afin d’optimiser la production, il explique aux femmes que le bulbe d’oignon doit être recouvert afin qu’il puisse se développer en largeur et qu’une distance de 8 à 10 cm entre chaque pied est nécessaire pour son développement. Il dessine également l’outil utilisé dans les jardins du Nord Niger pour le désherbage. Saîbou fait la traduction auprès des femmes très attentives aux conseils.

Cet échange de savoir faire a été un moment fort de la journée, j’ai plaisir à discuter avec l’une des femmes qui parle français. Elle a 8 enfants et porte le dernier né dans son dos, nous parlons de la scolarisation des enfants, de la santé etc…

Mais le soleil descend à l’horizon et il ne faut pas tarder car d’autres tâches ménagères l’attendent à la maison. Il lui faut maintenant préparer le repas du soir pour toute la famille.

Par ailleurs, dans la perspective de développement durable et la transmission de la pratique de l’agroécologie, une troupe de théâtre a été fondée par… l’information est transmise sous forme de sketches dans les villages alentours.

Le jour suivant en compagnie de Saîbou et de …, nous partons visiter le village de Sonh. La parcelle d’un demi hectare environ est clôturée par un grillage métallique, un puits entourée d’une margelle permet l’arrosage. Pas d’animaux pour l’exhaure, les femmes assurent cette tâche et remplissent des cuves en métal qui servent de réserve avant de remplir les arrosoirs.

Nous sommes arrivés vers 10 heures du matin et l’arrosage de toute la parcelle va s’effectuer durant toute la matinée.
Une quarantaine de femmes travaillent dans ce jardin, des salades, des oignons et autres plantes maraîchères y sont cultivées. Le compost est la seule source nutritive du sol et aucun produit chimique n’est utilisé.

Le village possède une école française, une madrasa et un c entre
d’alphabétisation. Un autre puits est en cours de construction pour éviter les déplacements importants lors de l’arrosage.

Ce village a reçu le premier prix de la région pour les plantations d’arbre et 40 hectares de diguettes ont été construites pour freiner l’eau en période de fortes pluies.

Nous discutons avec les responsables du village et aussi avec les femmes.
Kader fait part de son savoir faire et dessine l’outil utilisé dans son pays pour désherber, cette fois les oignons sont bien enterrés et assez espacés pour obtenir une récolte satisfaisante. Afin

Irrigation
L’irrigation, un travail fastidieux : Kader suggère d’utiliser des zébus

d’éviter le travail fastidieux de l’arrosage, Kader suggère d’utiliser des animaux comme le zébu pour l’exhaure et de canaliser l’eau dans des rigoles à la sortie du puits comme cela se pratique dans les jardins de son pays.

Nous terminons cette belle matinée en partageant la boisson à base
de mil servie dans les calebasses. Un vrai délice bien apprécié car la température à cette heure de la journée devient élevée.

Après la photo souvenir du groupe,

La photo-souvenir !

les femmes se mettent à danser et à chanter. Je profite de cette occasion pour partager et apprendre quelques pas de danse.

Le village de Sonh

Merci à tous pour votre disponibilité, vos explications et votre accueil. Ces deux journées de visite ont été très riches d’échange et de partage des connaissances. Un regret pourtant, celui de n’avoir pu répondre à l’invitation de l’association A.I.D.M.R. [3] faute de temps pour le faire.

Félicitations à tous et meilleurs souhaits de réussite dans vos projets.

Dans l’espoir que d’autres rencontres soient possibles dans l’avenir entre nos associations, à bientôt peut être au Niger

Kader Abdoulaye et Françoise de Billy

Notes :

[1Association pour la valorisation de l’appui aux producteurs

[2Association pour la gestion et la promotion du développement durable

[3Association Interzones pour le Développement en Milieu Rural




Calendrier

octobre 2018 :

Rien pour ce mois

septembre 2018 | novembre 2018

Pas d’évènements à venir

Évènements à venir

Pas d’évènements à venir
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.15